45px

Journal d'un parent (1) — La fois où j'en assez du bordel de la chamblre de ma fille. 

45px
Journal d'un parent (1) — La fois où j'en assez du bordel de la chamblre de ma fille.
25 mai 2020

Catherine Dubé, intervenante psychosociale

45px
Bloc texte

Quelle journée ! Ce matin, je passe devant la chambre de ma fille de 14 ans et le cœur me serre. C’est le bordel, des vêtements partout, des livres et des assiettes sales avec des restes de nourriture. Elle qui avait promis de faire le ménage hier…

Je sens la pression montée et le presto prêt à exploser, j’ai vraiment envie de lui dire comment elle n’est pas fiable.

Par chance, j’ai le réflexe de penser à mes récentes lectures pour avoir une chance de communiquer au lieu de me disputer comme d’habitude. Qu’est-ce que j’ai à perdre ? De toute façon, la méthode actuelle ne donne pas de résultats, je vois bien !

C’est le moment d’appliquer les 4 R :

  • se Retirer (quitter le lieu en informant l’autre)
  • Respirer (se calmer)
  • Réfléchir (penser à une solution)
  • Revenir (discuter calmement)

Nous avons finalement convenu de prendre une collation et d’en profiter pour discuter de la situation. Je réfléchis en m’inspirant de mes lectures1.

  • Nommer les faits : Lorsque je vois de la nourriture sur ton bureau, tes vêtements en tas… »
  • Nommer l’émotion que cette situation vous fait vivre : « Ça me dérange, j’ai peur que cela attire les fourmis. »
  • Nommer votre besoin pour cette situation : « J’ai besoin d’un environnement propre. »
  • Négocier, nos besoins ne sont pas les mêmes : « Je comprends que ça ne te dérange pas que tout traîne, et moi je tiens à ne pas avoir de fourmis dans la maison. Comment peut-on s’entendre ? »


Finalement, c’est correct. Elle ne laissera plus de nourriture dans sa chambre et j’accepte qu’elle ferme la porte pour ne pas tout voir. Je me dis que je penserai à une solution pour les vêtements dans deux semaines, le temps d’implanter cette nouvelle entente.

J’ai déjà été adolescente, c’est peut-être une bonne idée de me le rappeler.2 Son cerveau est en développement3, je ne dois pas l’oublier. Et elle me ressemble tellement…

Nous avons fini la journée en écoutant un film drôle. L’humour, ça aide vraiment. C’est certain qu’on aura d’autres conflits, c’est normal, mais pour le moment, nous avons une entente !


(1)
www.accroc.qc.ca, Guide pour les parents, p.22
(2) Delagrave, MICHEL. Les ados, mode d'emploi, Montréal, Éditions CHU Sainte-Justine, 2020
(3) Lupien, Sonia. À chacun son stress, Éditions Va Savoir, avril 2019

 

LIre aussi notre article Maintenir l'autorité parentale à l'adolescence

45px
45px