45px

La prononciation des enfants de 0 à 5 ans 

45px

Souvent, quand on pense au langage, on se réfère à la prononciation. Toutefois, celle-ci n’est qu’un aspect parmi d’autres. En effet, le langage inclut également la compréhension des mots et des phrases, le vocabulaire et la production de phrases, notamment. Chez les enfants de 0 à 5 ans, l’acquisition de la prononciation correcte des mots se fait graduellement. Les habiletés de prononciation varient souvent d’un tout-petit à un autre.

Vers 3 ans, plusieurs enfants produisent de nouveaux sons, alors qu’ils en étaient incapables auparavant, comme les sons / f / et / v /. C’est généralement vers cet âge que les tout-petits sont mieux compris de leur entourage, et aussi des personnes qui les connaissent moins. Ils peuvent quand même encore buter sur certains sons. Exemples : les fameux / ch / et / j / comme dans « jaune » et les groupes de consonnes comme dans « train » et « plante ».

Quand l’enfant est difficile à comprendre

Lorsque l’enfant prononce mal un mot, il est important de ne pas lui lancer des commentaires négatifs du type : « Non, on ne le dit pas comme ça ! » Il vaut mieux également ne pas lui demander de répéter, afin de ne pas nuire à son sentiment de compétence et à l’interaction que nous avons avec lui. Une stratégie utile pour les parents consiste à redire le mot en accentuant le son difficile à articuler. Parfois, l’enfant répète de lui-même. Quand ce n’est pas le cas, il a au moins entendu la bonne prononciation, ce qui lui permettra de se reprendre une prochaine fois. Toutefois, si l’enfant ne reprend jamais le modèle de l’adulte, il est possible de faire des erreurs volontaires pour l’amener à redire un mot. Par exemple, un enfant pourrait dire « Regarde, maman, le gros sien. » La mère répondrait : « Oui, c’est un beau chat! » L’enfant risquerait alors d’avoir envie de dire : « Non, c’est un sien (ou chien)! », ce qui l’amènerait à s’exercer de nouveau.

Les parents peuvent faire appel à un ou une orthophoniste s’ils s’inquiètent pour leur enfant et qu’ils ont de la difficulté à le comprendre. Les orthophonistes sont outillés pour évaluer la prononciation de façon détaillée, et pour suggérer des objectifs d’intervention. Dans les cas où il y a un problème, un certain nombre de rencontres de suivi avec l’orthophoniste aidera à traiter les difficultés, qui se règlent souvent très bien.

 

Marie-Ève Bergeron-Gaudin est orthophoniste. Elle est autrice et coautrice des livres J’apprends à parler, et L’éveil à la lecture et à l’écriture aux Éditions du CHU Sainte-Justine. Marie-Ève collabore aussi à Naître et grandir depuis plusieurs années.

Lire aussi:
Les premiers mots des enfantsLa lecture de 0 à 5 ans

45px
45px